C’est au Toyota Motor Manufacturing d’Onnaing (59) que s’est déroulée, du 15 au 18 mai, l’édition 2019 du Challenge Educ Eco. Retour sur ces 4 jours de compétition.  

Mercredi 15/05/2019 

Les pulls rouges de VED envahissent doucement le pôle Léonard de Vinci. Et pour cause : nous devons emmener aux courses non seulement notre véhicule et son caisson, mais aussi beaucoup d’outils mécaniques comme électroniques sans oublier nos affaires personnelles et nos provisions. S’en suit une intense partie de Tetris, avec un unique but : charger dans notre camion tout notre nécessaire, en s’assurant que rien ne tombe et abîme notre prototype lors du périple.  

Alors aucun repos ! L’équipe entière se mobilise afin de prendre le départ dès que possible. Et c’est au bout de 4h de dur labeur que l’aventure commence enfin. 17 élèves-ingénieurs d’années confondues partent en direction de Valenciennes. A notre arrivée, l’équipe profite de quelques instants de répit avant de se remettre au travail. Un groupe se charge d’installer le campement de l’équipe, tandis que l’autre termine le déchargement du camion et installe tout notre matériel aux paddocks. Ce n’est qu’à 22h, épuisés mais impatients d’entamer la course, que nous nous retrouvons autour d’un repas avant une courte et froide nuit.  

Jeudi 16/05/2019 

Il est 7h45, et les premiers membres sont déjà en route vers le circuit. Au programme du jour : contrôle technique et premiers essais. Pendant toute la matinée, les membres se relaient autour de l’E-PULV 2.1 afin de finir les derniers réglages et s’assurer du fonctionnement correct du véhicule.  

Un dernier resserrage de vis et nous voilà partis pour le contrôle technique. Etape redoutée par l’association, elle comprend 3 parties en plus d’une photo d’équipe : sécurité, mécanique et électronique. Indépendantes les unes des autres, elles doivent toutes être validées afin de pouvoir accéder à la piste. Et c’est avec une très grande fierté que nous avons validé ces 3 étapes dès notre 1er essai : l’E-PULV 2.1 est aux normes ! Il est alors 15h, et nous attendons patiemment l’ouverture des essais pour les prototypes électriques.  



C’est sous le soleil que notre véhicule, piloté par Victor Weill (ESILV A2), s’élance pour quelques tours de test. Avec ses virages rapides, ses lignes droites et une tête d’épingle assez trompeuse, nous pouvons observer la réponse du véhicule dans différentes conditions.

L’équipe entière observe le prototype, en communication avec le pilote afin de connaître son ressenti à tout instant et intervenir en cas de problème. Retour aux paddocks après quelques tours, et les membres se mobilisent pour effectuer de nouveaux réglages.  

Mais le pilote et les équipes techniques ne sont pas les seuls à travailler d’arrache-pied. L’équipe communication, munie de 4 appareils photos et une caméra, immortalisent chaque instant de l’aventure et assurent un suivi en quasi-direct sur les réseaux. Après quelques heures de travail en plus, nous nous redirigeons vers le campement pour une nuit toute aussi courte et froide.  

Vendredi 17/05/2019 

Les premiers membres se réveillent sous un ciel nuageux avant de partir vers les paddocks. L’objectif de la journée est de participer aux essais chronométrés et de valider un run. Les règles sont les suivantes : nous devons effectuer 15 tours complets et un tour de sortie, en conservant une vitesse moyenne au tour d’au moins 25km/h, soit un temps de parcours de 49 min. L’équipe s’active autour du véhicule et nous partons pour notre première tentative. Malheureusement, nous sommes contraints d’abandonner au 5ème tour à cause d’un câble du système électronique qui s’est déconnecté. Le véhicule est ramené aux paddocks tandis que nous débriefons avec notre pilote afin d’optimiser tous nos réglages. Malgré le froid régnant et la fatigue accumulée, il n’y a pas un seul membre de l’équipe qui soit inactif. Certains font les réglages du prototype tandis que d’autres préparent le repas du midi pour reprendre des forces.  

Il est 17h15 lorsque nous repartons pour une nouvelle séance d’essais sous une très fine pluie. Si le début du premier tour nous laisse plutôt confiants, c’est en arrivant à au virage en tête d’épingle que les complications commencent : les réglages de la direction ont été changés afin de la recentrer, mais ces derniers ne nous permettent plus de passer le virage correctement. Nous continuons malgré tout notre essai, essayant différentes trajectoires afin de passer ce virage, mais rien n’y fait. Nous sommes alors contraints d’abandonner à nouveau notre tentative, et nous hâtons vers les paddocks pour corriger ce problème. 

La journée se clôture par une session d’essais libres, durant laquelle nous avons pu tester nos nouveaux réglages de direction. C’est avec soulagement que nous voyons l’E-PULV 2.1 défiler dans le virage sans difficultés. Nous sommes rassurés, mais préparons déjà notre dernière tentative d’essai chronométré qui aura lieu le lendemain.  

Samedi 18/05/2019 

Journée finale du challenge Educ Eco. L’équipe se divise à nouveau en 2 groupes. Le premier quitte le campement aux aurores en direction du circuit pour préparer la voiture aux essais qui auront lieu 2h plus tard, tandis que l’autre range les affaires du campement avant de nous rejoindre. Il est 10h15 lorsque la piste ouvre enfin l’accès aux prototypes électriques, et nous prenons le départ. 15 tours durant, les systèmes sont fiables, le pilote est confiant et les timings sont respectés, notre enthousiasme augmente au fur et à mesure des tours. C’est malheureusement dans le tour de sortie que nous voyons, impuissants, notre véhicule s’arrêter suite à un problème technique. Le pilote arrive cependant à redémarrer et finir son tour de sortie, mais les précieuses minutes perdues lors de cet arrêt ne nous permettent plus de valider la vitesse moyenne requise. Le run ne peut être validé, pourtant si proches du but.  

C’est le cœur lourd que nous retournons aux paddocks afin de récupérer les données de l’électronique. Malgré la déception de tous les membres, l’équipe entière continue à travailler. C’est alors que viendra notre consolation : nos calculs nous retournent une consommation bien meilleure que les années précédentes. Après plusieurs vérifications, nous décidons de demander aux commissaires de courses s’il est possible de récupérer nos résultats, tous les tours ayant été effectués. Après quelques instants de patience, nous sommes en possession de ces derniers. Malgré la frustration régnante, l’équipe se console avec un nouveau record de consommation certifié par le Challenge Educ Eco, écrasant notre record précédent de 177km/kWh (équivalent SP95 : 1477km/L).  

C’est avec grande fierté que nous annonçons que l’E-PULV 2.1 est capable de rouler 2517 km avec 1 litre d’essence. Avec une consommation de 289 km/kWh, c’est à ce jour le véhicule le plus performant de l’association. Nous repartons de la course fiers et déçus à la fois, mais avec des membres encore plus motivés pour nos prochaines courses : l’Albi Eco Race et le Shell Eco Marathon à Londres.  

Cette première course de la saison nous a permis dans un premier temps de vérifier la conformité du véhicule aux normes imposées par la compétition : notre prototype répond au cahier des charges. Elle nous a également permis d’effectuer nos derniers réglages quant aux différents systèmes de la voiture. Notre aventure au challenge Educ Eco nous propose un premier résultat encourageant pour les courses à suivre, et la certification de notre consommation nous donne confiance pour le reste de la saison. Enfin, notons l’évolution de nos résultats, qui est non seulement la plus forte de l’association depuis sa création, mais aussi l’une des plus fortes parmi les équipes concurrentes présentes. 

– Stéphane Martin Richter, Président de Vinci Eco Drive


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *